Axes de recherche


L’optimisation des chaînes de valeur de la forêt implique l'optimisation de la conception, de la planification et de l'exécution. Nous pouvons répondre à trois types d'activités :

  1. La conception stratégique
  2. La planification tactique
  3. Le contrôle opérationnel

Les décisions de conception stratégique établissent et modifient les ressources disponibles pour l'entreprise. La planification tactique comprend des plans pour rendre l'utilisation des ressources disponibles la plus efficace possible. L’optimisation du niveau de profit de l'entreprise et d'autres mesures de performance conformes aux objectifs stratégiques est le but de la planification tactique. Le contrôle opérationnel prévoit l'exécution détaillée des échéanciers par toutes les parties de l'organisation, de manière à atteindre le but et les objectifs de rendement établis par les prévisions.

En développant un cadre pour la chaîne de valeur de la forêt, il est nécessaire de distinguer deux niveaux de conception stratégique. Le premier niveau consiste en une conception stratégique à long terme. La durabilité de la ressource forestière exige des perspectives à très long terme. De ce fait, la gestion de celle-ci ne doit pas seulement se faire au plus haut niveau des entreprises, mais doit impliquer nécessairement le palier gouvernemental dans la prise de décisions afin de représenter les intérêts de la société dans la forêt. Les décisions à long terme qui définissent les niveaux de récolte de la forêt sont influencées non seulement par les capacités de croissance du bois de la forêt, mais aussi par l'interaction complexe des politiques. Au niveau national, ces politiques sont résumées par des critères et des indicateurs établis par le Conseil canadien des ministères de la forêt (CCFM C & I) :

  1. La diversité biologique
  2. La condition et la productivité de l’écosystème
  3. Les sols et l'eau
  4. Le rôle dans les cycles globaux, incluant le cycle du carbone
  5. Les avantages économiques et sociaux

La responsabilité de la société. Par ailleurs, chaque province a sa propre législation et son cadre de politiques.

La conception stratégique à moyen terme implique des décisions qui définissent la capacité de la logistique des chaînes de valeur. Ces décisions stratégiques impliquent des installations matérielles ainsi que l'adoption de certains types de stratégies de contrôle. La distinction essentielle à faire est que la croissance des forêts et la régénération ne jouent qu'un rôle limité dans ce laps de temps.

La planification tactique consiste à prendre les décisions d'allocation des ressources afin d’optimiser la performance de l'entreprise dans des limites définies par la conception stratégique à long et moyen terme.

Le contrôle opérationnel consiste en un processus qui garantit l'excellence opérationnelle dans la réalisation ou le dépassement des objectifs de production établis dans les plans tactiques, tout en gardant les coûts aussi bas que possible. Le processus de décision est divisé selon ce processus hiérarchique. Nous mettrons l'accent, toutefois, sur les décisions qui concernent plus spécifiquement les objectifs suivants :

  1. Stratégies de la forêt et de l’industrie intégrées pour la bioéconomie moderne (niveau stratégique à long terme)
  2. Chaînes de valeur intégrées (stratégie de mi-parcours et niveau tactique)
  3. Chaînes de valeur optimisées (niveau opérationnel)

En règle générale, l’analyse de la chaîne d'approvisionnement a souligné l'excellence opérationnelle et il convient de trouver des moyens de parvenir à un bon contrôle opérationnel, même si les ressources et les plans pour l'utilisation de ces ressources devraient changer. Ainsi, la philosophie générale de ce programme de recherche est de permettre aux gestionnaires de tous les niveaux de la hiérarchie d’accomplir leur travail de la manière la plus efficace possible, en s’améliorant constamment, et ce, en tenant compte du système global de perspective de l'entreprise. Ainsi, le programme de recherche portera sur des questions d'application concernant les trois niveaux d'intégration suivants :

  1. Stratégies robustes et politiques de mise en œuvre
  2. Systèmes et structures de mise en œuvre
  3. L'excellence opérationnelle de mise en œuvre

Un des éléments qui distingue l’industrie forestière des autres secteurs, c’est le nombre de courants divergents qui existe au sein d’elle. Dans l'industrie forestière canadienne, ce phénomène est accentué par le fait que le Canada possède la combinaison d’espèces forestière commerciale la plus vaste au monde et que nous commençons par un ensemble diversifié de valeurs de la forêt qui comprend des valeurs ligneuses et non ligneuses. Ainsi, pour tous les produits, on peut voir en amont une chaîne qui les relie directement à leur source d'origine dans la forêt. Par contre, en regardant de la forêt en aval, un réseau très complexe de défis et d’opportunités de créations de valeurs s’offre à nous. Parmi ceux-ci, le défi du développer et de partager l'information qui permet l'identification et l'exploitation des opportunités de collaboration, tout en minimisant les risques d’une l'intégration si délicate, où une perturbation du marché est l’une des divergences de ce réseau qui cause le plus de perturbations dans la capacité de se procurer des matériaux de base dans d'autres parties du réseau. Comme nous commençons à développer des réseaux de valeur plus complexes reliant la forêt à l’énergie, aux produits chimiques et aux produits avancés de fibres et du bois, nous devons nous assurer que ces réseaux profitent des avantages de la collaboration et de l'intégration sans créer de risque excessifs de la rupture d'approvisionnement d'un secteur de produits en raison de la désorganisation du marché dans un autre secteur.